1
2
3
4
5

Tu aimerais rendre visite à tes ami·e·s à Madrid.

question 2/5

Ouah ! Quel grand projet !

Il est vrai que les Suisses et les Suissesses voyagent extrêmement fréquemment.
Philippines

Nous, Suisses et Suissesses, prenons deux fois plus souvent l'avion que les citoyennes et citoyens de nos pays voisins. Certes, les vols en avion sont devenus extrêmement bon marché. Mais en réalité nous payons un prix élevé au vu des conséquences qui en découlent sur le climat. En effet, les changements climatiques entraînent une élévation du niveau de la mer et une augmentation de la fréquence des ouragans. Rien qu’en ayant décidé de ne pas voyager en avion, tu as franchi un pas de géant qui a pour effet de protéger le climat. Et d’autres personnes bénéficient également de ta résolution, comme par exemple Jocelyn Sabatin, qui vit sur la côte à Mindanao aux Philippines. Nul besoin de monter dans un avion pour l'écouter:

Voici ce que tu peux faire
  • Ton action fait la différence !

    Tu as opté pour d’autres moyens de transport et nous t’en sommes reconnaissant⸱e⸱s ! Tu as également la possibilité de t’engager sur le plan politique pour défendre la cause climatique. Dis OUI à l'initiative pour les glaciers et commande dès aujourd'hui un drapeau que tu peux suspendre à ton balcon ! Cette initiative vise à ce que nous ne produisions pas plus d'émissions que nécessaire à partir de 2050 (« zéro émission nette »). Cette initiative constitue une étape importante dans l’engagement pour la protection du climat. Commande ton drapeau maintenant.

C’est un bon pas dans la bonne direction !

Car le réchauffement climatique entraîne la fonte des glaces en Arctique, ce qui a pour effet d’élever le niveau de la mer.
Philippines

Cela entraîne de lourdes conséquences sur les courants océaniques, la disponibilité des nutriments, la biodiversité et l’abondance de nourriture pour les populations qui vivent sur les côtes. De plus en plus fréquents, les ouragans détruisent non seulement les habitations, mais également les coraux et avec eux les zones de pêche. Voici ce que cela signifie pour le Philippin Norberto Cacho:

Voici ce que tu peux faire
  • Ton action fait la différence !

    Chaque fois qu’un avion vole moins fréquemment, et chaque fois que tu réduis le nombre de tes réservations de vols en avion, tu contribues à améliorer les conditions de vie dans les régions côtières.

    L’équivalent d’un vol aller-retour Zurich-Madrid pour une seule personne correspond à 42 trajets aller-retour en train pour rendre visite à tes ami·e·s à Madrid et consomme une tonne de CO₂.

    Si tu souhaites aller plus loin pour protéger le climat : dis OUI à l'initiative pour les glaciers et commande dès aujourd'hui un drapeau que tu peux suspendre à ton balcon ! Cette initiative a pour objectif que nous ne produisions pas plus d'émissions que nécessaire à partir de 2050 (« zéro émission nette »). Cette initiative constitue une étape importante dans l’engagement pour la protection du climat. Commande ton drapeau maintenant! 

Ok, mais...

un vol aller-retour entre Francfort et San Francisco par exemple fait fondre cinq mètres carrés de glace dans le Grand Nord... par passager ou passagère!
Philippines

Le réchauffement climatique a pour conséquence d’augmenter le niveau de la mer et la fréquence des ouragans. Norberto Cacho, un pêcheur aux Philippines, te raconte la cascade de conséquences qui s’ensuivent.

Voici ce que tu peux faire
  • Aide les personnes comme Norberto Cacho

    L'efficience améliorée des avions et l'ajout de biodiesel au mélange de carburants ne rendront pas les vols en avion durables pour autant. C'est pourquoi il est urgent de mettre un terme aux vols bon marché et de réduire sensiblement le nombre de kilomètres parcourus en avion. Évite de prendre l'avion aussi souvent que possible et planifie tes voyages de manière à utiliser des moyens de transport plus écologiques, en particulier en Europe. En effectuant un vol aller-retour de Zurich à Madrid, tu émets environ la même quantité de CO₂ qu’en voyageant 42 fois en train de Zurich à Madrid et retour, soit une tonne de CO₂.